Archives de catégorie : SECTEUR COMMUNICATION

PAS TOUCHE AUX CAP ET CHSCT !

Pétition pour le respect de nos droits :
PAS TOUCHE AUX CAP ET CHSCT !

26 082 signatures

Le gouvernement a présenté aux organisations syndicales représentatives ni plus ni moins qu’un projet de « suppression du paritarisme » afin de faciliter une « déconcentration managériale » de la Fonction publique.

Il envisage une possible disparition des CHSCT (comités hygiène, sécurité, conditions de travail) en les fusionnant avec les CT. La disparition des CHSCT ouvrirait la porte au non respect par les employeurs publics de leurs obligations en matière de santé et sécurité au travail.

Il a l’intention également de supprimer les compétences des représentants des personnels dans les CAP (commissions administratives paritaires) en prévoyant de ne plus les consulter sur :

  • les projets de mouvement des personnels,
  • l’établissement des listes d’aptitude et des tableaux d’avancement annuels nominatifs,
  • certaines sanctions disciplinaires…

Cela donnerait davantage de marge de manœuvre aux chefs de service et d’établissement. Cette volonté gouvernementale de contourner les élus des personnels est en contradiction avec le statut qui prévoit notamment que les fonctionnaires participent, par l’intermédiaire de leurs représentants, à leur gestion collective et à l’organisation des services publics.

Ces orientations sont en rupture avec le travail réalisé actuellement par les représentant.e.s et les élu.e.s des personnels pour améliorer les conditions de travail, garantir l’égalité de traitement, proposer des améliorations et protéger les
personnels de l’arbitraire de hiérarchies ou des erreurs de l’administration.

Nous refusons ces projets et demandons le respect et l’amélioration de nos droits.

La réforme de la voie professionnelle c’est sérieux !

Depuis les annonces du ministre Jean-Michel Blanquer le 28 mai 2018, le SNUEP-FSU recherche le pragmatisme dans ses analyses (décryptage du projet sur le site et vidéos postées), animé par la seule volonté de préserver la voie professionnelle initiale, le métier des PLP et l’avenir des élèves. Car c’est bien de cela dont il s’agit.
En effet le ministre et l’État se désengagent frontalement de leur responsabilité en matière de formation professionnelle des jeunes pour organiser son transfert vers les branches professionnelles. Dans un premier temps, nos statuts vont s’effriter et, à terme, ce sont nos métiers qui vont perdre leur essence et leurs valeurs. Quant aux jeunes, leur avenir scolaire, professionnel et personnel sera fortement détérioré par des savoirs professionnels réduits aux seuls gestes techniques et des savoirs généraux au rabais.
Ces analyses sérieuses que nous produisons s’appuient sur des textes législatifs et sur les mesures annoncées (loi “pour la liberté de choisir son avenir professionnel” et dossier en ligne “Transformer le lycée professionnel” du 28 mai). Elles tiennent compte des réactions et des interrogations des collègues, car, quel que soit leur niveau de responsabilité et d’engagement, tou·tes les militant·es SNUEP-FSU enseignent et sont présent·es dans les établissements.
Depuis le 28 mai, les autres organisations syndicales ont naturellement donné, elles aussi, leurs analyses, certaines convergeant avec les nôtres, d’autres non.
Le SNUEP-FSU n’a pas pour habitude de commenter les déclarations syndicales fussent-elles fausses et injustes, considérant que la réforme du ministre Jean-Michel Blanquer est suffisamment sérieuse et dangereuse pour mériter autre chose que des polémiques stériles qui desservent l’intérêt des PLP et des élèves.
La période qui s’ouvre avec les “discussions” autour de la réforme et les élections professionnelles de la fin de l’année peuvent inciter à des excès, ce ne sera jamais notre cas.
Syndicat UNITAIRE de l’enseignement professionnel public, nous n’aurons de cesse de rechercher en permanence les voies de l’unité d’action, seule attitude responsable face aux dangers de cette réforme.
Les PLP et les élèves peuvent compter sur notre détermination sans faille pour œuvrer dans ce sens.

POUR UNE RENTRÉE COMBATIVE

Face à la réforme dangereuse de Blanquer :
le SNUEP-FSU appelle à une rentrée offensive et engagée

Le bureau national du SNUEP-FSU, réuni le 5 juillet, dénonce avec force les grands axes de la réforme de la voie professionnelle arbitrés par le ministère. Cette réforme organise le transfert des contenus d’enseignement et des diplômes aux branches professionnelles poursuivant une fonction utilitariste des savoirs au détriment d’une formation équilibrée et complète. La réduction des temps d’enseignements généraux engendrera des difficultés accrues pour tous les jeunes ; et plus particulièrement pour celles et ceux qui choisiront de poursuivre leurs études dans le supérieur. La spécialisation a un métier, repoussée en 1ère, impliquera une véritable déprofessionnalisation de la formation. Le baccalauréat professionnel se préparera ainsi en 2 ans au lieu de 3 actuellement. La réduction drastique du nombre de places en bac pro GA, sans création compensatoire dans des filières existantes ou nouvelles, va s’opérer sans qu’aucune mesure ne soit déployée pour les collègues concerné·es. L’implantation d’unités de formation par l’apprentissage (UFA) dans tous les établissements aura des répercussions immédiates sur les conditions de travail des personnels car mixer les publics et les parcours génère des organisations pédagogiques intenables. Et nos statuts, qui garantissent nos droits et nos missions d’intérêt général, en seront fortement fragilisés. Continuer la lecture de POUR UNE RENTRÉE COMBATIVE